Évitez les maux de tête!

Comme dans tout procédé, il y a des limites et des particularités qui peuvent devenir des cauchemars si on ne leurs portent pas attention. Cette page veux vous aidez à prévenir certaines complications et éviter des coûts additionnels et des problèmes évitable dans certain cas.

 

Pièces avec une ou des parties creuses :

 

Comme vos pièces seront montées sur des supports pour être submergé dans différentes solutions, une pièce montrant une partie creuse ouverte ou pire fermé sur un coté comporte des risques inhérents. Il pourrait se former une poche d’air qui empêchera le traitement à cet endroit. Durant le processus d’anodisation, des gaz sont libérés et s’accumulerons potentiellement dans la cavité. Notre personnel qualifié a l’habitude de ces contraintes et positionnera la pièce de manière à éviter ce phénomène. Cependant, il arrive que des pièces aux géométries complexes ne puissent pas être positionnées sans risque. Des coûts supplémentaires peuvent être associés à cette difficulté et malheureusement dans certain cas, des poches d’air sont inévitable.


Alliage de soudure / 5356

 

Une soudure sur une pièce modifiera la microstructure de l’alliage d’aluminium initialement utilisé. La trempe ou le recuit sera définitivement affecté par l’apport intense de chaleur durant la soudure. L’alliage d'apport sera aussi fusionné avec celui de la pièce d’origine et en changera ses propriétés. Résultat et conséquence pour l’anodisation : une coloration différente sera sans doute visible. Aussi, l’utilisation de l’alliage 5356 est recommandé comme alliage d’apport (tige en 5356 pour procédé au TIG par exemple) permettra dans bien des cas de minimiser l’effet visuel de la soudure qui dans bien des cas sera un peu plus foncé que l'alliage de l'assemblage. Cependant d'autres alliages d'apport ont tendance à tourner au charcoal foncé. Informez-vous avant de souder vos pièces à anodiser !


Point de contact et de montage

 

Comme vos pièces doivent être montées sur des supports pour être submergé dans différentes solutions, et que dans le cas de l’anodisation, un courant électrique circulera dans vos pièces, il n’y a pas de traitement sans marques. Ceci étant dit, nous nous assurons de minimiser l’impact visuel et fonctionnel de ces marques et vous demandons votre collaboration afin de bien identifier l’endroit souhaité dans les cas critiques.


Défaut de finition

 

L’anodisation ne cachera pas les défauts de surface. Elle-même a tendance à les rehausser. Ceci dit, un décapage chimique (Etch) uniformise la finition de surface mais un défaut restera un défaut. Pas de miracle possible avec l’anodisation.


Ligne(s) d'extrusion

 

Les lignes d’extrusion sont considérées comme un défaut de surface et ne seront pas cachées par l’anodisation. Elles sont occasionnées par l’usure des outils de mise en forme et malheureusement elles ne disparaîtront pas durant les procédés offerts.


Tache de l'eau

 

L’aluminium non traité s’oxyde naturellement à l’air libre et la présence d’eau occasionnera des taches qui risquent fort bien de paraître encore après les traitements offerts. Protégez votre aluminium avant et après vos transformations.


Alliage d’aluminium coulé

 

Attention, ce ne sont pas tous les alliages coulés qui sont possible à anodiser. La présence de silice et d’autres éléments peuvent être un réel danger pour vos pièces durant l’anodisation. Certains éléments seront érodés et augmentera la porosité de vos pièces. Informez-vous avant.


Mélange d’alliages d’aluminium

 

Pour procéder efficacement et sans danger d’électroérosion de vos pièces, nous devons connaître l’alliage utilisé dans la confection de ces dernières. Comme les alliages ont des résistances à la conductivité différentes et des habilités à être anodisé largement différentes, le mélange d’alliage risque de causer la perte de vos pièces. Des phénomènes de brûlures de la couche anodique et d’électroérosion de vos pièces pourrait s’opérer sans que nous puissions les détectés assez précocement pour sauver vos pièces. SVP, communiquez nous les alliages utilisés.


Assemblage

 

Lorsque les pièces sont assemblées par soudure ou boulonnage, interstice entre les faces ainsi créé, est un risque majeur d’infiltration de solution chimique. Durant les prétraitements, de la solution de soude caustique s’y logera pour ensuite être libéré lors du colmatage à température plus élevé. Cette solution corrosive attaquera le revêtement anodisé de vos pièces, le tachera, est un risque pour votre personnel comme pour le notre et un risque environnemental également. Si vos assemblages peuvent être désassemblés, faite le. C’est ce qu’il y a de mieux, pour vous, vos pièces et votre sécurité. Si vos assemblages sont soudés, même si les soudures sont sur tout le pourtour, prévoyez des trous de drainage suffisamment gros pour permettre un drainage rapide en fonction de la grandeur des cavités et limitez les faces contre faces si possible.  Aussi, prenez soin d’enlever tous les encrages fait d’acier comme les vis, boulons, écrous, rondelles, tige de localisation, insertion, …  L’acier n’est pas compatible avec
nos solutions.


Bord roulé ou replié

 

Idem que pour les assemblages, il y a risque d’infiltration de solution chimique.

 

Arêtes vives et coin carré.

 

L’anodisation est un procédé électrochimique et malheureusement il y a des effets de bords. Les champs électromagnétiques sur les arêtes et le caractère très organisés de la formation de la couche anodique rend le processus non compatible avec les arêtes vives et les coins carrés. Prévoyez des arrondis si possibles.


Finition dimension / tolérance

 

Comme expliqué dans les différentes pages sur les procédés d’anodisation et particulièrement pour ce qui est de l’anodisation dure, des changements de dimensions doivent être considérés dans le design de vos pièces. Par exemple, pour un alésage devant recevoir 0.002’’ d’anodisation type III, le changement de diamètre sera également de 0.002’’. Alésez votre pièce de 0.002’’ excédentaire avant l’anodisation. Dans le cas des filetages, l’augmentation de 0.001’’ perpendiculairement à chaque face de chaque filet aura un effet encore plus significatif. Prévoyez le coup et communiquez avec nous pour plus d’information.


Porosité

 

Une pièce fabriqué avec un alliage poreux sera difficile à anodiser et montrera des défauts majeurs après le traitement. L’anodisation ne cachera rien car ce n’est pas comme un placage ou de la peinture.


Paroi mince

 

Les parois minces et les arêtes vives ne sont pas faciles à anodiser. Les effets des champs magnétiques sur ces sections et la dissipation thermique seront un défi et occasionneront des taux de croissance de la couche anodique variable d’un endroit à l’autre.  Certaines zones seront progressivement isolées au cours du procédé alors que d’autres deviendront très conducteur par rapport au reste des pièces. Ce phénomène poussera le procédé dans une zone dangereuse et pourra rapidement éroder une partie mince. Pour éviter tout problème dans certains cas, la densité de courant sera diminuée  pour minimiser le risque. Le coût sera affecté et le risque de perdre des pièces est bien présent.


Film plastique de protection

 

Une pellicule de plastique recouvrant une surface d’aluminium peut-être une bonne solution pour protéger les surfaces des égratignures avant le traitement. Cependant, il faudra prévoir un coût pour l’enlèvement de cette pellicule. Aussi, il est possible que des substances du plastique, invisible au départ, viennent contaminer la surface et deviennent bien visible après le traitement. Surtout après une coloration. Anodisation Verdun ne pourra être tenu responsable de ce phénomène. Demander de faire un échantillon, ou un petit lot avant de procéder à une grande quantité de pièce.


Peinture, impression, colle, silicone, et graisse sur la surface de l'aluminium

 

Ces types de produits représentent de réels problèmes pour la finition de vos pièces. Ils doivent être enlevés avec un solvant ou de l’acétone avant d’être expédié chez nous. Dans le cas contraire, nous devrons l’enlever nous même et des frais supplémentaire s’appliqueront.


Liquide d’usinage, de coupe et de refroidissement (coolant)

 

Vos machines-outils utilisent des liquides d’usinage, de coupe et de refroidissement pour refroidir et lubrifier vos pièces et vos outils de coupe. Assurez-vous de la qualité de ces liquides. Un liquide trop vieux et contaminé peut tacher vos pièces et même si ce n’est pas visible avant l’anodisation, cela risque de vous décevoir au moment de la réception. Aussi, essuyez bien vos pièces et ne laissez pas vos pièces trop longtemps partiellement recouvert de ces liquides. C’est plus facile de prévenir des taches que de les faire disparaître et c’est moins coûteux.